Article(s) de la section ‘Non classé’

Message de soutien aux membres des forces de l’ordre gendarmes & policiers

Paris, le 8 juin 2020

  MESSAGE DE SOUTIEN AUX MEMBRES DES FORCES DE L’ORDRE
GENDARMES ET POLICIERS 

Profitant de l’émoi légitime provoqué par les images terribles de ce qu’il faut dénoncer comme un meurtre aggravé commis à Minneapolis par un Agent de Police Américain, certains veulent jeter le discrédit sur l’honneur et l’intégrité des gendarmes et policiers en France.

L’amalgame malhonnête, entre les évènements connus aux USA et des procédures actuellement suivies contre des membres des forces de l’ordre en France, n’a d’autre but que d’exonérer de leurs responsabilités des délinquants notoires, en forçant l’opinion publique et en intimidant la Justice.

Nous condamnons fermement ces méthodes qui s’apparentent plus à des tentatives de déstabilisation de la République, qu’à la dénonciation d’une erreur judiciaire.

Nous n’acceptons pas les termes de « violences policières » et l’accusation ignoble de racisme systémique. Nous rappelons que nombre de nos collègues sont tombés parce qu’ils portaient un uniforme de la république sur une couleur de peau de différentes origines. Ils n’étaient pas « blacks, blancs, beurs », ils étaient les enfants de la France et de la République et nous les pleurons.

Nous saluons notamment la mémoire d’Ahmed MERABET, Gardien de la Paix assassiné par les frères KOUACHI le 07 janvier 2015, lors du sinistre attentat perpétré à « Charly Hebdo » et celle du Colonel de Gendarmerie Arnaud BELTRAME, tombé en mars 2018, en héros, pour sauver un otage. Tous deux ont été martyrisés au nom de fanatismes que nous voyons poindre derrière ces récentes et trop opportunes manifestations.   

Nous demandons aux journalistes, aux commentateurs de ces événements qui sont dans leurs rôles, de faire montre de prudence. Ces événements peuvent conduire à des troubles graves. Chaque mot prononcé, chaque micro tendu à la passion peut engendrer des réactions inverses à l’objectif recherché : retrouver la concorde par des décisions équilibrées, justes !

Que personne ne se trompe, le racisme est une violence sourde, dissimulée, qui se nourrit de peur et d’ignorance, il ne faut pas amplifier ces peurs et entretenir le doute envers les institutions de la république.

Il peut y avoir des « racistes » dans un système mais ce système ne l’est pas par nature.

Non ! Il n’existe pas plus de gène de la violence chez les policiers et gendarmes qu’il existerait une vérité innée dans un propos partisan !

 Asséner à volonté ce cliché, c’est à dessein, réduire la police de la république à un groupe mercenaire et permettre aux détracteurs d’impliquer directement l’exécutif comme étant le donneur d’ordre.

C’est inacceptable et dangereux.

C’est inacceptable, car les femmes et les hommes policiers, gendarmes, recrutés et formés selon les règles érigées par le législateur, sont attachés aux valeurs républicaines. Leur formation exigeante est large et une part importante est consacrée à la déontologie. Il n’existe pas de profession en France qui soit autant soumise à des contrôles vigilants. La hiérarchie, l’Inspection Générale des Services, les Elus de la République, le Défenseur des droits, les Magistrats, les Avocats, les citoyens exercent au quotidien cette surveillance et les actions sont analysées, jugées, parfois condamnées et les auteurs sanctionnés. Depuis quelques années, ont été rajoutés le port apparent sur l’uniforme du numéro d’identification et un site dédié sur internet permet aux citoyens de dénoncer ce qu’ils veulent sur les comportements et agissements qu’ils jugeraient contraires aux lois ou attentatoires aux libertés.

Quels fonctionnaires d’Etat auraient accepté de telles mesures ? Nous faisons le pari que la généralisation de pareilles mesures conduirait à une contestation telle que le projet serait immédiatement abandonné !

Non, les gendarmes et policiers de la république ne sont pas des mercenaires du pouvoir en place, ils ne sont pas violents par nature, ni recrutés et formés pour le devenir !

Ils sont exposés aux violences, insultes et menaces dans le cadre de l’exercice de leur profession mais aussi dans leurs vies privées. Très souvent, ces actes sournois et lâches sont inspirés par la haine de l’uniforme et la volonté d’user la détermination et l’engagement de servir. Parfois certains à bout de force, commettent l’irréparable… 

Certes, leur condition humaine, malgré leur force et leur engagement, peut les amener à faillir. Dans ce cas ils répondent de leurs actes devant la Justice.

Ce sera peut-être révélé par différentes enquêtes menées sur quelques faits, et dont la Justice s’est saisie pour engager des poursuites.

Nous serons malheureux, comme on peut l’être dans une famille lorsqu‘un membre a fauté. Bien sûr, nous respectons les décisions de Justice. Nous sollicitons simplement qu’il soit tenu compte des conditions terribles dans lesquelles les forces de l’ordre sont quotidiennement engagées.

Dangereux, ce slogan dogmatique associant les mots « violence » et « police », l’est en ce qu’il éloigne les citoyens de leur police, attise la défiance et la haine. Les gendarmes et policiers tiennent leur légitimité de leur engagement dans le cadre des lois et du respect que peut leur témoigner la nation dont ils sont issus.

Il est grand temps de rappeler que la police exerce la force publique instaurée par la Constitution dans un cadre légitime.

Certains cherchent à présenter les fauteurs de troubles comme des victimes d’une répression comparable à celle qu’exercerait une dictature !

Il est nécessaire et urgent de rétablir la vérité.

Nous assurons tous nos collègues actifs, Policiers et Gendarmes de notre soutien, de notre confiance et de notre indéfectible reconnaissance pour leur action constante pour notre sécurité et la pérennité des institutions démocratiques.

 

Philippe MOUE

Président de l’UNRP

 

C’était en mars 2020…

Les rues étaient vides, les magasins fermés, les gens ne pouvaient plus sortir.

Mais le printemps ne savait pas, et les fleurs ont commencé à fleurir, le soleil brillait, les oiseaux chantaient, les hirondelles allaient bientôt arriver, le ciel était bleu, le matin arrivait plus tôt.

C’était en mars 2020 …
Les jeunes devaient étudier en ligne, et trouver des occupations à la maison, les gens ne pouvaient plus faire de shopping, ni aller chez le coiffeur. Bientôt il n’y aurait plus de place dans les hôpitaux, et les gens continuaient de tomber malades.

Mais le printemps ne savait pas, le temps d’aller au jardin arrivait, l’herbe verdissait.

C’était en mars 2020 …
Les gens ont été mis en confinement. pour protéger les grands-parents, familles et enfants. Plus de réunion ni repas, de fête en famille. La peur est devenue réelle et les jours se ressemblaient.

Mais le printemps ne savait pas, les pommiers, cerisiers et autres ont fleuri, les feuilles ont poussé.

C’était en mars 2020 …

Les gens ont commencé à lire, jouer en famille, apprendre une langue, chantaient sur le balcon en invitant les voisins à faire de même, ils ont appris une nouvelle langue, être solidaires et se sont concentrés sur d’autres valeurs.
> Les gens ont réalisé l’importance de la santé, la souffrance, de ce monde qui s’était arrêté, de l’économie qui a dégringolé.

Mais le printemps ne savait pas. les fleurs ont laissé leur place aux fruits, les oiseaux ont fait leur nid, les hirondelles étaient arrivées.

C’était en mars 2020 …

Puis le jour de la libération est arrivé, les gens l’ont appris à la télé, le virus avait perdu, les gens sont descendus dans la rue, chantaient, pleuraient, embrassaient leurs voisins, sans masques ni gants.

Et c’est là que l’été est arrivé, parce que le printemps ne savait pas. Il a continué à être là malgré tout, malgré le virus, la peur et la mort. Parce que le printemps ne savait pas, il a appris aux gens le pouvoir de la vie.

Tout va bien se passer, restez chez vous, protégez-vous, et vous profiterez de la vie.

Dominique PEZZETTA

Assemblée générale de la section Meurthe & Moselle – Les Vosges

 L’assemblée générale des Sections 54 et 88 a eu lieu au château du CHARMOIS de Vandoeuvre. Malgré la menace du corona virus, peu d’adhérents en moins que l’an dernier ?

Après le café  d’accueil, le président Jean-François SIMETTE pour la 18ème fois,  accueille les participants et M. Marc SAINT-DENIS  Adjoint à la Mairie de Vandoeuvre lès Nancy  et Mme Dominique RENAUD  Conseillère Régionale, qui ont dit leur total soutien envers les policiers actifs et  retraités. La minute de silence honore les adhérents décédés et cités de  l’année écoulée.

Les bilans d’activités puis financier par le trésorier Alain MUNIER, ont été adoptés à l’unanimité des présents et représentés.

Le Vice-président Dominique BAGUET retrace  le panorama peu optimiste de notre société tendue, demandant à chacun  de prendre ses responsabilités de citoyen, de grand-père et de père.

Le secrétaire Patrick RATEAU lit alors le texte transmis par le Bureau National, qu’il représente comme  membre élu.

Après le pot amical, le repas va réunir 48 personnes qui apprécieront les histoires d’Alain de GOLMARD, vice-président pour les Vosges.

31 requêtes. 0,211 secondes.