Bonjour tout le monde !

Le site de la section de la Meurthe & Moselle – Les Vosges intéresse certainement tous les amis retraités de notre profession. Ils pourront lire et découvrir pas mal d’informations sur l’activité de leurs collègues, les travaux en cours, les améliorations de la vie quotidienne.Si vous êtes intéressé(e)s , vous pouvez remplir un bulletin de pré-adhésion  et l’envoyer à l’adresse prescrite. Cliquez-ici

Pour laisser un commentaire : l’e:mail est demandé mais n’apparaîtra pas dans le commentaire, il sera publié après contrôle du modérateur pour les raisons invoquées dans la page ‘La charte’.

Lorsqu’on se connecte pour écrire un article ou pour faire un commentaire, il faut au minimum respecter les règles élémentaires de courtoisie, par exemple dire bonjour, au revoir, ou merci.

Il est bien entendu que les articles et commentaires sont réservés à tous les collègues.

Vous pouvez visiter le site des trucs et astuces

Nous vous recommandons d’utiliser FIREFOX ou EDGE pour ceux qui utilisent Windows 10

De la barbarie ordinaire

Une philosophe allemande antinazie et juive, Hanna ARENDT (1906-1975), a parlé d’une barbarie ordinaire car banalisée lors de la dernière guerre mondiale.

Sans comparaison possible, encore que…, arrivent enfin aux assises les tentatives d’assassinat commises en 2016 à Viry-Châtillon.

Une caméra prenant les voleurs à la tire en images à un carrefour routier important, les jeunes dealers du coin ont trouvé cela préjudiciable à leur chiffre d’affaire. «Business is business» …Ils ont pris cette caméra pour assurer leurs trafics. Après l’avoir cassée plusieurs fois, il a été jugé intelligent de placer plusieurs policiers en surveillance pour la protéger, au lieu de mettre une autre caméra cachée surveillant celle menacée., ce que j’ai déjà fait en activité avec un office HLM pour les moyens, permettant ainsi de coincer 5 garçons dont 3 mineurs, les 2 majeurs ayant été écroués…Amusant de les voir filmés en cassant une caméra…

Après interpellation, tous nient les faits, et me demandent des preuves. Quand je leur ai montré le film, ils étaient sur les fesses. Quel plaisir de coincer ces jeunes qui cassaient depuis un an…

Résultats de l’opération de surveillance de Viry-Châtillon, une attaque barbare, le mot n’est pas trop fort, envers les policiers sur place dont l’un brûlé sur le corps à 30 %.

Une collègue féminine a alors crié qu’elle était une mère de famille. Aucun intérêt ! Le policier brûlé sort difficilement de la voiture, il reçoit des pierres. Oui, de la barbarie totalement, soit les peines maximales du code pénal.

Les collègues ont manifesté légitimement pour dénoncer de tels crimes.

Attendons que la Cour prononce des peines exemplaires. Sinon, le policier sera  toujours une cible ambulante. Basta !

On entend dire par un avocat réputé,  que son client était présent mais n’a rien fait. Si, il était là, bien présent…

Quitte à passer pour trop dur, de telles situations criminelles doivent permettre de juger le groupe de la même manière, risquant la peine maximale pour tous…Une sorte de loi anticasseurs. Je devine certains commentaires : il devient facho…Ben non, même pas !…

Il faut revoir notre droit pénal et ne pas se contenter d’une non-assistance à personne en péril, faute de preuve… Prévoir une autre situation que complice et co-auteur est très innovant, bousculant le droit actuel que je respecte.

On éviterait des procès durant des semaines, venant s’ajouter à la nouvelle composition d’assises en expérimentation avec 5 magistrats, sans jurés.

Les praticiens assurent que, paradoxalement, les peines prononcées seront moins sévères…Pas certain.

Rendez-vous au verdict de la Cour d’Evry.

                                                                Dominique BAGUET

 

 

 

 

 

 

 

 

Les retraités solidaires des actifs

Notre section ayant appris la journée d’action à Paris pour de meilleures relations dans le travail et de meilleures rémunérations, contact a été pris avec le responsable des actifs de Meurthe et Moselle de l’UNSA, Christophe MOUSSOUX.

24 millions d’heures supplémentaires non payées, cela dépasse les bornes.

Les anciens que nous sommes ne peuvent oublier le métier ; flic un jour, flic toujours.

Nous sommes toujours aux côtés des actifs, qui cotisent d’ailleurs pour nos retraites…

Ainsi, nous avons déjà été présents pour la journée concernant la lutte contre les suicides ; 53 cette année au 12 octobre.

Tout de suite, Christophe a répondu positivement, ayant prévu un bus pour aller manifester dans la capitale…

Notre délégation, menée par Jean-François et Luc, deux anciens piliers du syndicalisme policier, sera de 5 membres de l’UNRP.

Avec l’âge, les santés de nos membres sont « moyennes », voire pas bonnes.

Ce qui compte n’est pas d’être 50 – on y arrivera pas -, mais de montrer notre appui total. Le beau métier de flic est devenu plus difficile, plus dangereux.

Le terrorisme, nous l’avons connu, surtout à Paris. Mais pas comme le Bataclan ou Nice, ou à la P.P. dernièrement. Jamais encore un policier n’a tué d’autres policiers ainsi, à plus forte raison par raison religieuse.

Les manifs aussi, on a connu, et mai 1968 pour les plus anciens n’a pas été une partie de plaisir ; mais pas comme les gilets jaunes chaque samedi depuis novembre dernier…On arrive à presque un an.

L’accueil des jeunes policiers envers les « papis », a été d’une grande gentillesse et de prévenance.

Une manière pour nous, les anciens, de nous rajeunir…un peu.

                                 Dominique BAGUET

 

 

 

 

 

Des assaillants et des assauts

Les médias utilisent depuis ce week-end le terme d’assaillant pour qualifier les six crimes de Mickaël HARPON, qui ont provoqué quatre décès.

– Un assaillant est celui qui participe à un assaut.

Un assaut est une technique stratégique consistant à attaquer une position afin d’emporter de force celle-ci.

Dans ce cas, je vois mal cet adjoint administratif agir avec stratégie. La Préfecture de Police une position ? Oui, mais plus symboliquement dans sa tête, car lui tout seul ne prendra jamais l’ensemble du site…

Imaginons un postier tuant ses deux collègues en train de trier des lettres en les égorgeant, puis tuant une collègue montant l’escalier pour les aider.

Lorsque HARPON arrive au bureau de poste en rez de chaussée, il tue la jeune femme du guichet. Qui parlera d’assaillant ?

Donc, en aucun cas HARPON a pu envisager d’emporter le lieu, mais a simplement utilisé la force pour tuer dans le cadre d’une conception lui accordant le paradis.

Nos politiques sont encore dans le déni. Cet homme flic ou pas, est un terroriste. Il faut en finir avec des termes timidi-mous cachant des réalités …

Pour cette affaire, avoir caché initialement qu’une des victimes avait été égorgée, ce dont beaucoup de personnes se sont doutées, est un mensonge grave et ridicule, car la réalité ne pouvait qu’éclater.

Il est fautif de masquer la vérité, aussi gênante soit-elle !

                            Dominique BAGUET

25 requêtes. 0,189 secondes.